LIFESTYLEVOYAGES

Less is more (more or less)

janvier 13, 2016
LESS IS MORE

Je pars en voyage pendant 5 mois, j’emporte avec moi un sac à dos de 50L que je vais devoir porter tous les jours. Un sac à dos qui doit donc se faire le plus léger possible. Qui dit nouvelle aventure, dit aussi nouveaux défis : l’un d’eux consistera à emporter le moins possible d’affaires, de vivre avec l’essentiel et de se séparer de l’inutile (que je ne trouve pas du tout si inutile que ça dans ma vie quotidienne soyons honnêtes !). Mais on ne part pas à l’aventure en Amérique du Sud armé de vernis et de jupes à paillettes !

Je vous mets au défi de choisir 4 shorts, 6 t-shirt et presque autant de produit de beauté pour presque 5 mois quand vous êtes une fille ! Quelle frustration de se séparer de ses objets fétiches, frustration de renoncer à un confort auquel nous nous habituons sans même nous en apercevoir. Les frustrations d’une fille d’aujourd’hui qui aime ordinairement beaucoup  le shopping et les jolies choses. Après avoir lu « Zéro déchet » de Béa Johnson, (article à venir prochainement) j’ai été admirative de la façon dont elle pouvait vivre avec si peu.. de choses matérielles et si peu… de vêtements surtout ! En lisant son livre je me suis sentie soudain très futile et ultra-matérialiste (shame on me). Ces quelques mois en sac à dos sont donc pour moi l’occasion de tester le minimalisme et me prouver que je suis capable de rompre tout attachement (amoureux / passionnel / étrange / malsain / répétitif / continuel ) avec les choses qui m’entourent sans y laisser sa féminité.

Mon côté matérialiste (ou « notre côté à tous », hors de question que je passe pour la seule matérialiste dans l’histoire) se manifeste aussi dans les souvenirs que je souhaite ramener avec moi. On veut tous ramener des souvenirs et ce pour différentes raisons : ils sont jolis, on ne pourra pas les trouver chez nous une fois rentrés, ils se font symboles d’un moment vécu à l’autre bout du monde qu’on souhaite se remémorer, etc. Le voyage en sac à dos est un bon exercice pour s’empêcher de revenir avec tout ce qui est attendrissant sur notre route, pour la simple et bonne raison que je n’ai ni la place ni l’énergie de transporter chaque souvenir supplémentaire pendant 5 mois. Il va donc falloir que je m’arme de créativité pour dénicher des souvenirs peu encombrants et surtout savoir les SELECTIONNER ! Pour le moment je me satisfais des photos et vidéos comme cette photo prise à Buenos Aires.

Vivre avec peu et se contenter des moments vécus en guise de souvenir : le défi est lancé !

 « Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu.. se satisfaire du nécessaire », ça sera donc le mantra du départ en voyage 🙂 Pour ceux et celles qui sont passés par cette épreuve, n’hésitez pas à partager votre ressenti.

 

Vous aimerez aussi...

1 Comment

Lise 26 janvier 2016 at 19:45

Je me souviens très bien de se ressenti, de ne choisir que la strict minimum (bon moi c’était juste pour 3 semaines 😉 ) mais quand même, ça en prend du temps de le remplir ce petit sac et l’optimiser au maximum! Mais au final, ça fait du bien ensuite cette sensation de légèreté, de ne dépendre de rien!
Profitez bien et vivez cette aventure a fond! Bisous Fanny

Reply

Leave a Comment