BolivieVOYAGES

Copacabana, des vacances à la bolivienne

mai 6, 2016

J’arrête tout de suite ceux qui confondraient la célèbre plage brésilienne avec cette petite ville de Bolivie qui borde le lac Titicaca. On ne va pas se mentir, la version brésilienne est à mon avis bien plus animée et caliente que celle dont je vais vous parler. Mais il n’empêche que l’on y passe du bon temps. Copacabana c’est LE passage obligé pour tout voyageur en Amérique du Sud qui envisage de visiter la Bolivie et le Pérou. Comme on aime les choses qui sortent des sentiers battus autant que les incontournables, on y est passé. D’un point de vue très pratique, c’est aussi d’ici que l’on peut rejoindre très facilement la très connue Isla del Sol.

/ Se rendre à Copacabana

Pour arriver à Copacabana, il vous faudra passer une étape clé et assez originale pour être mentionnée. Il s’agit de San Pedro de Tiquina. A ce moment-là, et alors qu’il ne reste plus qu’une heure de trajet, la route s’arrête, s’interrompt ou est coupée par l’eau, choisissez ce que vous voudrez. Mais impossible d’aller plus loin en bus…

Il faut donc descendre du bus pour rejoindre l’autre rive. Je m’explique. Il n’est pas question de se jeter à l’eau et de faire connaissance avec la faune marine, mais de se séparer pour un moment de notre fidèle destrier: le bus. En effet, le bus monte seul sur une embarcation de fortune, une longue barque trouée pour l’aération dirons-nous (pour ne rien dramatiser). Ici pas de contrôle technique et de mise aux normes, vous n’avez qu’à espérer que le bus et surtout les sacs ne coulent pas en chemin ! Nous prenons de notre côté une autre embarcation tout aussi aérée pour rejoindre la rive qui nous fait face et attendre le bus qui flotte maintenant.. Normal quoi, bienvenue en Bolivie !

/ La vie près du lac

A Copacabana règne une ambiance de vacances, on sillonne des rues remplies de restaurants et bars ambiances, de magasins de souvenirs où tout est vendu plus cher qu’ailleurs dans le pays d’ailleurs. On entend toutes les 30 secondes « La isla del sol, la isla del sol » pour vous pousser à acheter vos billets quand ce n’est pas « a la paz, a la paz » ou bien « cusco cusco cusco ». Un vrai casse-tête qui nous emmène à rejoindre le bord du lac plus calme. On respire enfin loin des cris boliviens : des bateaux, des pédalos aux prénoms rigolos qui restent pour la plus part sur le bord du lac, et une rangée interminable de baraques à truites (clin d’oeil amical Belge, surtout que c’est à Copacabana que nous avons pris connaissance des événements du 22 mars <3 ). Copacabana n’est qu’à 4h de bus de La Paz et pourtant ici on se sent coupé du reste du monde, comme déconnecté du temps qui passe, des bonnes et des mauvaises nouvelles. Ici, les familles boliviennes viennent se balader le dimanche, manger une glace, faire du pédalo et s’acheter un joli chapeau souvenir où il est bien écrit « Copacabana ». Alors on fait un peu comme eux, on se relaxe en terrasse, on prend le soleil, on hume l’air du lac et on écoute les oiseaux.

Le tour de la ville, que dis-je du village étant si vite bouclé que je me suis donné la peine de vous lister ce qui nous avait occupé pendant ces 2 jours, le maître mot c’est un peu #farniente il faut l’avouer !

  • faire une petite heure de pédalo sur le lac Titicaca
  • marcher le long du lac et s’endormir sous le soleil tapant en écoutant les claquements de l’eau
  • contempler le port, ses bateaux et ses habitués
  • grimper le Cerro Calvario pour admirer le coucher de soleil sur le lac et la ville de Copacabana
  • profiter des happy hour pour boire un pisco sour en soirée
  • admirer la Cathédrale blanche et ses couleurs turquoise

Vous aimerez aussi...

Leave a Comment