LIFESTYLE

25 ans

avril 16, 2016

Ça y est, j’y suis, le très fameux « cap » des 25 ans. Ceux qui sont passés par là ont forcément déjà entendu au moins une fois cette phrase que l’on prononce presque mécaniquement en pensant faire de l’humour : « alors un quart-siècle ça te fait quoi ? » et toutes les autres expressions du genre. Il faudrait penser à changer de disque ! Ce à quoi je réponds avec plaisir qu’à 25 ans je me sens mieux qu’à 20, plus heureuse, plus épanouie, plus indépendante, je me connais mieux, je me suis blindée et mon bonheur ne dépend que de moi.

A 25 ans certains sont en couple, installés, propriétaires, sur le point de se marier et parfois d’avoir des enfants. D’autres sont chez leurs parents, ne sachant pas quoi faire et comment s’y prendre pour construire leur vie. Il n’y a aucune règle, aucune obligation. Je ne suis ni l’un ni l’autre. Je suis une jeune femme de 25 ans, heureuse, des projets plein la tête, qui avait juste eu envie de penser un peu à elle, de se sentir complète et heureuse seule avant de construire une vie et d’autres projets.

Je rêvais de voyage, je l’ai fait ! Je suis partie alors que j’avais un travail super et je ne regrette rien car me réaliser seule avant de construire des projets de vie à plusieurs c’était essentiel. Quelle horreur ça aurait été de vivre le reste de ma vie en me disant « J’aurai dû le faire ! ». Aujourd’hui plus que jamais je sais mieux ce dont j’ai envie et surtout ce que je ne veux pas. Pour en arriver là, il a fallu faire des choix, plus ou moins facile. Je n’en regrette aucun. A 25 ans j’ai l’impression d’être à la fois au départ et à l’arrivée de mes projets : terminé les études et bonjour le vrai saut dans la vie active ! Une fois ce voyage terminé, c’est véritablement une autre vie qui commence, faite de nouveaux projets, d’envies et de rêves. Mais de quoi rêve-t-on à 25 ans me direz-vous ?
Pas facile d’y réfléchir et de s’extraire des dictas encore présents de notre société qui attend de nous que l’on signe le premier CDI venu, que l’on soit en couple là maintenant tout de suite car être seule c’est forcément suspect ou déprimant, que l’on s’installe dans la foulée sans réfléchir, que l’on se marie l’année suivante pour rassurer tout le monde et enfin que l’on ait des enfants rapidement, certains ajoutent même « avant qu’il ne soit trop tard » (merci beaucoup). Ça fait beaucoup en peu de temps. A quel moment a t-on oublier que vivre n’était pas une course ? Qu’il n’y a ni premiers, ni derniers. Minute, on se calme et on reprend !

Chère société,
permets-moi de décider seule du travail que je vais choisir. Le premier ne sera peut-être pas forcément le bon, je veux prendre mon temps pour ne jamais avoir à me réveiller en n’ayant pas envie d’aller travailler. Je veux un job qui m’épanouisse et dont je sois fière et tant pis si ça doit prendre plus de temps. Je vais d’ailleurs peut-être devoir l’inventer.

Chère société,
c’est gentil à toi de t’inquiéter mais je vais bien seule, je ne suis ni déprimée, ni prête à sauter d’un pont,  et encore moins dans une recherche effrénée. Je pense que tout arrive au bon moment. Permets-moi donc de prendre le temps de trouver LA personne avec qui j’aurai envie de construire ma vie. Inutile de se précipiter pour se retrouver divorcé 20 ans plus tard. Donc patience, patience… Je ne pense pas que l’amour soit un jeu de chaises musicales comme l’évoque Meg Jay dans sa conférence sur la vingtaine. A ce même sujet, cet article est superbe ! 

Chère société,
oui maman était déjà enceinte de moi ou presque à mon âge, mais permets-moi de choisir à quel moment j’ai envie d’avoir des enfants dans ma vie. 

Je n’ai aucune idée de la prochaine étape qui m’attend et je trouve cette sensation étrangement géniale. Je suis heureuse, heureuse d’avoir fait des choix parfois différents, parfois surprenants, parfois incompris de certains. Tous ces choix et ces étapes de ma vie m’ont conduis ici en Amérique du Sud pour mes 25 ans. Partout où j’ai pu poser mon sac à dos depuis plus de 3 mois, devant chaque merveilleux paysages vu et à chaque instant de ce voyage je me suis sentie bien, à ma place, au bon moment, au bon endroit. Et c’est ce que l’on devrait ressentir à chaque instant de sa vie quelques soient vos envies, vos projets, car rien d’autre n’a d’importance au final. Bref, n’écoutez que vous 😉

// 25 ANS EN 3 QUESTIONS //

// Pourquoi 25 ans c’est le bel âge ?
25 ans c’est l’âge parfait non pas pour rêver mais pour accomplir. C’est beau car on peut tout construire, tout imaginer, tout expérimenter. C’est aussi encore l’âge des folies, des coups de tête, des nuits blanches, des imprévus, des échappées belles, de la spontanéité et des rencontres. C’est l’âge pour créer de jolies choses. C’est une période de la vie que je trouve un peu égoïste, où l’on peut penser à soi, à ses projets avant de penser à ceux de quelqu’un d’autre. Profitez-en !
// Ce qui me fait peur à 25 ans :
L’ennui et la routine.
La société actuelle individualiste, les vies que l’on brise sans raison au nom d’idéologies foireuses et la planète que l’on détruit sans s’en rendre compte.
// Ce que je ne sacrifierai pas :
Mon indépendance

Vous aimerez aussi...

4 Comments

Lise 16 avril 2016 at 17:05

Très joliment dit tout ça! J’y retournerais bien à mes 25 ans, le temps passe si vite! Comme tu le dit si bien, il faut vivre et profiter… on trouvera bien le temps pour faire le reste!
Bisous
Lise

Reply
MP 16 avril 2016 at 17:17

Joyeux anniversaire petit bichon, 25 ans 10 ou 37 Ca na pas d’importance tant que tu es heureuse. Take care. LOVE

Reply
10 conférences TED à ne pas manquer ! 29 juin 2016 at 13:36

[…] déjà évoqué celle-ci ici. Je conseille à tous les jeunes de plus de 20 ans de la visionner. Quelque soit votre situation […]

Reply
Chloe 15 août 2017 at 13:15

Vous avez entièrement raison de profiter de votre liberté, car le temps passe très vite. Amusez-vous, voyagez et faites-vous plaisir à fond. J’ai 27 ans et j’ai profité de mes années d’indépendance avant d’avoir un bébé.

Reply

Leave a Comment